Je m'appelle Jacqueline et je travaille pour SISA dans le domaine du marketing depuis douze ans. Ironie du sort, ma période de télétravail commence un vendredi 13 - le 13 mars 2020. Je prenais congé de mes collègues de bureau, comme chaque vendredi, en disant : " Salut à tout le monde. Bon weekend et à lundi". Ce que je ne savais pas à l'époque, c'est que c'était la dernière fois que je voyais mes collègues de travail en personne. Depuis, je ne les vois plus que pixélisés via Skype lors de notre DEXI quotidien à 9h du matin. DEXI est une création de notre chef de vente et veut dire Daily Exchange of Information...

Bon, le soir du 13 mars, mon mari est rentré à la maison et m’a annoncé que sa réceptionniste avait été testée positive au Corona virus. Eh bien, bravo ! J'ai donc appelé la Task Force SISA juste après 17 heures. Suite à quelques appels téléphoniques, mon lieu de travail a été transféré sur le champ depuis la Gewerbestrasse à Aesch, jusqu’à mon domicile. Un collègue m'a apporté l’écran, la docking station, l’ordinateur portable, le clavier, la souris, etc. à sept heures et demie du soir.

Jusqu’à présent une journée de travail normale se déroulait comme suit : je me lève un peu avant 6 heures, je sors de la maison à 6h30 pour prendre le bus et à 7 heures précises, je m'installe devant mon ordinateur. Puis mes collègues de travail arrivent progressivement. À 10 heures je vais chercher un café dans notre Piazza, j'en profite pour discuter avec mes collègues et à 12 heures ma journée de travail s’achève.

A présent, je me lève à cinq ou sept heures et je prends place dans mon petit lieu de travail improvisé à sept heures précises. Mon collègue est généralement là avant moi - il est allongé sur mon lit, il est poilu, à quatre pattes et se nomme Gipsy. Pour une pause, je me rends dans ma propre Piazza pour prendre un thé ou un café. Je n'ai pas vu mes collègues, que je rencontre habituellement dans la Piazza, depuis près de trois semaines. Nous effectuons une "pause café" virtuelle l'après-midi à 15 heures, mais la plupart du temps, mon PC est déjà éteint et je suis en train d’accomplir les tâches de mon deuxième travail : les tâches ménagères (nettoyer, aspirer, dépoussiérer etc...)

Je me demande souvent : qu'aurions-nous fait il y a quelques années sans les possibilités techniques dont nous disposons aujourd'hui ? En très peu de temps, notre service technique nous a permis de travailler à la maison sans aucun problème, comme si nous étions au bureau - sur notre lieu de travail. Skype permet également de parler à tout le monde "face à face". Nous avons même organisé notre réunion de marketing de cette façon et notre réunion d'équipe trimestrielle rassemblant tous les employés.

Malgré tous ces moyens, j'espère que cette période extraordinaire touchera bientôt à sa fin et que je reverrai bientôt mes collègues tous en bonne santé à Aesch. Bien que le télétravail soit une bonne alternative, il n'y a rien de tel que le contact personnel.

En ce sens : restons à la maison, pour qu'il y ait une grande chance que tout soit bientôt terminé. Et surtout - demeurez en bonne santé !

Par ailleurs, aujourd'hui, j'ai réalisé avec horreur que bientôt je ne peux plus boutonner mon jean, alors à partir de maintenant, mon "chemin du travail" est un peu différente à partir de maintenant... 

Auteur: Jacqueline Birchler
Département: Marketing
Date: 06.02.2020

Gipsy_

Pult__

Coffee-break_Breite-stimmt_

Stepper_Breite-stimmt_